Dans les ténèbres qui m’enserrent

Noires comme un puits où l’on se noie

Je rends grâce aux dieux, quels qu’ils soient

Pour mon âme invincible et fière.

Dans de cruelles circonstances

Je n’ai ni gémi ni pleuré

Meurtri par cette existence

Je suis debout, bien que blessé.

En ce lieu de colère et de pleurs

Se profile l’ombre de la mort

Je ne sais ce que me réserve le sort

Mais je suis, et je resterai sans peur.

Aussi étroit soit le chemin

Nombreux, les châtiments infâmes

Je suis le maître de mon destin

Je suis le capitaine de mon âme

William Ernest Henley (1843 – 1903)

Nous sommes nombreux à connaitre ce magnifique poème qui fut le préféré de Nelson Mandela. Ce dernier a toujours été un modèle pour moi et ce pour de multiples raisons.

La première, il s’agit sans aucun doute de sa positivité malgré les difficultés, les drames, son incarcération et bien d’autres paramètres. Non seulement il n’a jamais baissé les bras, il ne s’est jamais plains mais il a appris à pardonner. Pardonner ce qui pour beaucoup d’entre nous, serait impardonnable.

Il est tombé maintes fois, il a été lourdement blessé mais il a toujours su se relever. Je ne pense pas qu’il ait fait de la PNL mais entre nous c’est tout comme mais de manière inconsciente (chut !)

Car avec Nelson la négativité n’était pas de mise, le découragement non plus. Dans un pays comme l’Afrique du Sud il a su s’imposer en étant lui-même et en travaillant sur lui. Presque ni vu, ni connu, cet avocat aux multiples conquêtes a su conquérir tous les cœurs quelques soient leurs couleurs, leurs appartenances… Nelson, c’est mon modèle. Un homme humble qui a su gouverner avec son cœur et son humilité tandis que d’autres opterait pour la terreur ou la frustration.

Il avait compris l’essence même de l’être humain avec toutes ses composantes bien avant d’autres ! Parce que tout simplement, il a accepté le changement, il a changé les choses en se changeant lui-même ! Et tous… L’ont suivi ! Qui aurait pu croire à une nation arc en ciel ?

Aujourd’hui, si je fais cet article « spécial Nelson Mandela », ce n’est pas seulement pour le mentor qu’il est pour moi. De part, sa richesse de cœur et d’esprit, il a ancré tant de préceptes que je me les suis appropriés avec un certain délice. Des ancrages comme ceux de Nelson, nous devons être nombreux à les vouloir. Mais ce dont nous avons moins conscience c’est que tous nous pouvons le faire ! Oui, vous avez bien lu… Tous !

Il n’y a pas d’échec, que du feed back (retour) c’est ainsi que nous apprenons. Et si ce que vous faites ne fonctionne pas, faites n’importe quoi d’autre !

Nelson disait : « Je ne perds jamais. Sois je gagne, sois j’apprends » ! Il disait aussi « Cela semble toujours impossible, jusqu’à ce qu’on le fasse »

Mais c’est aussi étendre son champ des possibles, voir plus loin, étendre sa carte, son monde. « Après avoir gravi une haute colline, tout ce qu’on découvre c’est qu’il y en a encore beaucoup d’autres à gravir » NM.

Et si au détour d’un conflit, l’autre vous blesse, Nelson vous dira surement : « La bonté de l’homme est une flamme qu’on peut cacher mais qu’on ne peut jamais éteindre ». Comprendre l’autre est rarement suffisant si nous ne l’observons pas attentivement. Ses mots ne reflètent pas forcément ce qu’il est mais qu’une représentation ou celle que vous vous en faites.

Et si vous pensez que sourire et donner n’est pas suffisant ou pas approprié, Nelson vous dira : « en faisant scintiller notre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d’en faire autant ». Cette citation Nelson l’a cité lors de son investiture, rien ne pouvait être plus engageant et plein de promesses à venir !

27 années de prison auraient pu rendre n’importe quel homme aigri, rancunier, en colère, voulant prendre sa revanche etc… Mais il est allé chercher des ressources bien différentes pour faire de lui cet homme si grand.

« Que vos choix reflètent vos espoirs et non vos peurs » NM. Changeons ce que nous souhaitons plus !

Je travaille avec vous sur le présent, jamais sur le passé. Ce qui est passé, aussi douloureux soit-il n’est pas la porte d’entrée sur des ressources positives. En revanche, ce qui est très important c’est l’état actuel que cela a généré chez vous. C’est à partir de cet état que nous travaillons ensemble afin d’en définir un nouveau…. Le vôtre !

Je terminerai cet article par cette dernière citation : « Je suis le maître de mon destin

Je suis le capitaine de mon âme », extrait de ce célèbre poème ci-dessus.

C’est une grande responsabilité pour laquelle je serai fière de vous accompagner.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager et/ou à commenter.

Vous pouvez également vous abonnez à la new letter et vous pouvez toujours bénéficier d’un rendez-vous gratuit pour que nous échangions sur vos ou votre objectif.

Amicalement,

Anne